A quoi sert un amortissement ?

Un amortissement est une écriture comptable qui sert à dévaluer un actif. On les utilise avec les comptes d’actif immobilisé : véhicule, mobilier, machine, immeuble, etc. Tout ces biens perdent de la valeur au fil du temps. L’amortissement va créer une charge non-monétaire afin de réajuster la valeur de ces biens.

A ne pas confondre avec un amortissement bancaire d’un bien immobilier qui est ni plus, ni moins, le remboursement de la dette hypothécaire.

Étant donné que l’on crée des charges « fictives » qui diminuent le bénéfice et donc les impôts, le fisc a émit une notice avec les amortissements maximaux autorisés. On peut toujours discuter avec eux pour expliquer pourquoi un amortissement a été fait de tel manière, etc.

Les amortissements sont des écritures de clôture que l’on fait une fois par année (ou plus, si vous faites des clôtures mensuelles, semestrielles, etc.). Il en existe plusieurs types : linéaire et dégressif.

Amortissement linéaire

C’est un amortissement qui va être égal chaque année. Il ne reflète pas la perte de valeur réelle au fil du temps.

Par exemple, on achète une machine à CHF 20’000 avec une durée de vie de 15 ans et l’on veut une valeur résiduelle de CHF 5’000.
Pour calculer l’amortissement : 20’000 – 5’000 = 15’000 / 15 = 1’000
On va donc amortir CHF 1’000 par année pendant 15 ans.

L’amortissement est toujours le même.

Amortissement dégressif

C’est un amortissement qui va évoluer chaque année. Il reflétera mieux la réalité car c’est lorsqu’un bien est neuf qu’il perd le plus rapidement de la valeur.

Par exemple, on achète une voiture à CHF 45’000. On va pouvoir faire un amortissement de maximum 40% selon le taux prescrit dans la loi (LIFD).
La 1ère année, l’amortissement sera de CHF 18’000 (45’000 * 40%)
La valeur résiduelle de la 1ère année sera de CHF 27’000 (45’000 – 18’000)
La 2ème année, on ne va pas reprendre la valeur d’achat (45’000) mais la valeur résiduelle (27’000), on aura donc un amortissement de CHF 10’800 (27’000 * 40%) avec une valeur résiduelle de CHF 16’200 (27’000 – 10’800).
La 3ème année, l’amortissement sera de CHF 6’480 (16’200 * 40%) et la valeur résiduelle sera de CHF 9’720.
Et ainsi de suite, jusqu’à ce que la valeur résiduelle soit de CHF 1. Pourquoi CHF 1 ? Pour que le véhicule figure dans la comptabilité même si il ne vaut plus rien.

L’amortissement va diminué au fil des ans.

Amortissement

Il existe également plusieurs manière de comptabiliser les amortissements : direct et indirect.

Méthode direct

On va simplement faire l’écriture : Amortissement à véhicule (par exemple, ou à un autre compte d’actif immobilisé)

Le désavantage est qu’au bout de quelques temps, on ne saura plus la valeur d’achat du bien.

L’avantage est que cela simplifie les écritures et la lisibilité du bilan.

Méthode indirect

Chaque compte d’actif immobilisé aura son compte souvent appelé « cumul d’amortissement sur … ».
L’écriture sera : Amortissement à cumul d’amortissement sur véhicule (par exemple, ou à un autre compte d’actif immobilisé).

On aura ainsi deux comptes pour les actifs immobilisés. Exemple : Machine et cumul d’amortissement sur Machine.
Pour reprendre l’exemple du véhicule ci-dessus, on aura le compte véhicule avec un solde au débit de CHF 45’000 et un solde au crédit pour le cumul’ au bout de 3 ans de CHF 35’280 (18’000 + 10’800 + 6’480).
Pour connaître la valeur résiduelle, il faut donc soustraire les deux comptes : 45’000 – 35’280 = 9’720.

L’avantage est que l’on voit clairement sur la comptabilité, la valeur d’achat.

Le désavantage est que cela entraîne un peu une surcharge du bilan (plus de compte à lire). Ça complique également le processus en cas de vente d’un bien (sur lequel, je ne vais pas m’attarder ici).

Un amortissement permet donc de dévaluer un bien afin qu’il soit plus « correct » face à sa valeur réelle et de créer une charge qui va diminuer le bénéfice.

Anaïs Gerber

ps : cet article est publié alors que je suis en vacances, elle est pas belle la technologie ?

Commenter

Your email address will not be published.