Quelques clés pour lire un bilan

Ce n’est pas vraiment évident de lire un bilan comptable. Il faut avoir des bases de comptabilité. Sans oublier que des prescriptions juridiques s’appliquent. Celles-ci entraînent une différence entre les chiffres que l’on peut lire sur le bilan et la valeur économique réelle des actifs et des passifs. Il y a tout de même des fondamentaux à connaître si l’on veut lire un bilan.

Bilan

Avant de parler de bilan, on peut différencier deux comptabilités : la comptabilité financière et la comptabilité analytique.
La comptabilité financière est la comptabilité « normale ». La comptabilité analytique va s’intéresser aux coûts et revenus réels en argent.

Bilan interne vs bilan externe

Il existe plusieurs sortes de bilans pour une même période. On les distingue par leur destinataire, la personne qui va lire les comptes. Ainsi les actionnaires ou propriétaires n’ont pas le même bilan que le fisc.
Le bilan interne sera plus détaillé, il correspondra plus à ce que les actionnaires attendent de la société, à combien ils gagnent réellement, par exemple.
Le bilan externe ou fiscale respectera scrupuleusement les prescriptions légales et sera optimisé pour une économie d’impôt, par exemple.

Un bilan sain ?

Un bilan est scindé en plusieurs éléments principaux : actifs circulants, actifs immobilisé – fonds étrangers à court terme, fonds étrangers à long terme, fonds propres.

Le passif est composé de dettes et de fonds qui finance l’actif.

Il est difficile de dire sans autres explications si un bilan est sain ou non, cela dépend de la branche, de l’activité, de la société, de la taille, etc.

Par exemple, une entreprise qui est en possession de locaux (actif immobilisé) aura très certainement un hypothèque (fonds étrangers à long terme).
Une entreprise industrielle aura un stock conséquent (actif circulant) ainsi que des fonds étrangers à court terme importants. Par contre, une entreprise d’architecte qui n’a pas besoin d’outils ou de marchandises (puisqu’ils offrent des services) aura moins de dettes à court terme.

Ce dont il faut faire attention
  • quel bilan ai-je sous les yeux ? – Interne, externe, provenant de la comptabilité financière ou analytique ?
  • de quelle société, il s’agit ? – Branche, taille, but ?
  • l’âge de la société et le compte « résultat reporté » ? – par exemple, si la société à 3 ans et que le compte de résultat reporté est de CHF -100’000 c’est que la société a fait une moyenne de 33’333 de perte par année, il est bon de questionner le pourquoi du comment. 
  • qui me présente les comptes ? – Veut-il me prouver que la société va bien, me la vendre, quels sont ses intérêts ?
  • les actifs immobilisés (voiture, immeuble, etc.) et les stocks ne sont pas à leur valeur réelle (si bilan de comptabilité financière)
En conclusion, il a quelques règles générales pour l’évaluation d’une société mais comme chaque société est différente, elles ne s’appliquent pas forcément. Tout ce qu’on peut faire, c’est comparé une société à une autre mais personnellement, je ne suis pas fane de ce procédé. C’est un peu comme coerparer deux personnes, on ne connait que la partie que l’on veut nous montrer.

Donc prudence à la lecture d’un bilan, il vaut mieux avoir une personne de confiance pour nous l’expliquer.

Anaïs Gerber

Commenter

Your email address will not be published.